Auteur Sujet: Réduction des risques vs lutte contre la toxicomanie  (Lu 652 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne Guismo

  • Messages: 3 956
  • Alice in evilland
06 février 2013, 13h27
J'ai encore failli tomber de ma chaise hier soir, lorsque j'ai vu sur une chaine info, un député UMP dont je préfère oublié le nom, tout propre sur lui, déclarer que " l'ouverture expérimentale d'une salle de shoot remettait en cause 20 ans de programmes de réduction des risques"

On peut être pour ou contre les salles de shoot, c'est un débat, j'espère que vosu donnerez votre avis dessus.

Mais par contre, quand on est député et qu'on ne sait pas de quoi on parle, on ne vient pas à la télévision. En effet, les programmes de RDR auprès des usagers de drogue ne sont pas des programmes de lutte contre la toxicomanie, qui existe par ailleurs. Ce sont des programmes destinés à limiter les risque de contamination de pathologies lourdes ( hépatites, VIH, obstruation de la circulation sanguine) pour les usagers de drogue. on trouve par exemple dans ces programmes les distributions gratuites par les associations de seringues, tampon d'alcool et autres dans les lieux publics ou rassemblement reconnus pour être des lieux de consommation ( les festivals de musique  par exemple. Autre exemple, les stands de testing ( çà fait parfois mal au cul de l'entendre mais oui il y a des drogues de "bonne qualit" et d'autres de mauvaises qualités). Lorsque je faisais des distributions, j'ai vu des mecs avec des bras doublés de volume, marrons, avec les veines complètement bouchés, et qui commencait a se piquer à la base du cou ou aux chevilles. doit-on laisser l'état de santé de ses personnes se déteriorer au pretexte que ce sont des toxicomanes ( dans ce cas ne soignont plus les cyrhhoses des alcooliques et les cancers du poumon des fumeurs)

En tout cas l'ouverture d'une salle de shoot est donc pile poil inscrite dans les programmes de RDR qui partent du postulat que l'on arretera pas la toxicomanie du jour au lendemain et que par conséquent il faut faire en sorte que ceux ci le fassent proprement.

Donc deuxième débat qui est le titre du topic: est ce que la RDR vient s'opposer à la lutte contre la toxicomanie en "encourageant" les prises. En ce qui me concerne vous avez bien compris que je ne le pense pas..J'ai jamais rencontré un jeune qui m'a dit " cool vu que tu donnes des seringues gratos, je vais me mettre à la drogue"


Au final, monsieur le député, les salles de shoot c'est pile poil de la réduction de risques..au contraire de ce que vous avez dit..Après on peut débattre sur le fait que ca va à l'encontre de la lutte contre la toxicomanie...


Et d'ailleurs chers neuroniens j'attends vos avis

Hors ligne sstarshoot

  • Messages: 2 051
  • Breathe me
06 février 2013, 13h45
Je suis pour
ça permet d'ouvrir un dialogue avec eux, de s'assurer qu'ils ne fassent pas d'overdose, de tester les produits qu'ils utilisent, et d'améliorer l'hygiène
Et donc, de proposer des solutions alternatives à quelqu'un qui voudrait stopper
Aider quelqu'un à s'en sortir est à tenter, forcément

Quant au discours, "ah bah bravo, maintenant on va les aider à se camer" pitié  :hum:
Avec ou sans salle de shoot, ils en prendront  :bah: Autant qu'ils le fassent dans des conditions plus propres plutôt que dans des coins de rue ou des jardins publics

Je ne sais pas qui est le député dont tu parles, par contre Gilbert Collard a également fait fort sur le sujet  :paglop:

Hors ligne epik

  • Messages: 7 112
07 février 2013, 02h41
Totalement pour aussi, dans la mesure où je serais même favorable à une dépénalisation totale de toutes les drogues. Le Portugal a fait ce choix, et apparemment c'est vraiment positif : http://www.telerama.fr/idees/au-portugal-mieux-vaut-soigner-que-punir-les-toxicos,79097.php
Une dépénalisation accompagnée d'une information bien plus fournie, détaillée et accessible sur les drogues, leurs effets, leurs dangers, etc, me paraissent beaucoup plus sains que la diabolisation et le tabou total qui sont en vigueur chez nous. :bah: Pour ma part, j'ai lu pas mal de bouquins étant ado, qui m'ont permis de me faire une idée de ces choses-là, eh ben j'ai jamais eu envie d'y toucher alors que j'ai fréquenté des milieux et des gens qui auraient largement pu m'influencer dans ce sens-là...

Donner de meilleures conditions à l'usage de drogues, je ne pense pas que ça va encourager beaucoup de monde (euphémisme) à se mettre aux drogues dures, les raisons de plonger là dedans sont d'un autre ordre... Je dirais même que les problèmes que posent l'usage de drogue sont pour la plupart liés à son interdiction, la rareté organisée des produits, et toutes les peurs/fantasmes qui viennent avec. Un marché de la drogue qui sort de la clandestinité, c'en est fini des produits de mauvaise qualité, coupés avec les pires trucs pour faire plus de pognon, c'en est fini des enfoirés qui se font du fric sur le dos de pauvres mecs et nanas qui se retrouvent à faire n'importe quoi pour avoir de quoi payer, c'est la possibilité de prendre sa dose chez soi ou dans des lieux prévus pour, au lieu de se planquer dans les pires endroits, avec les problèmes d'hygiène, les risques d'agression, etc, que ça implique...
When I take something from a man – his ship, his money, his life – I don’t hide behind a clerk. I don’t hide behind the law. I don’t hide behind anything.

Hors ligne sstarshoot

  • Messages: 2 051
  • Breathe me
07 février 2013, 08h54
Je ne savais pas pour le Portugal  :hein: Article très intéressant  :jap:
Pour moi ça tombe sous le sens que le toxico doit être traité comme un malade, et pas comme un criminel
Et comme toi j'ai lu énormément de bouquins sur le sujet ado, et je suis persuadée que c'est ce qui m'a retenue de tester certains trucs.